L’Incendie du 7 décembre 2014

Dimanche soir, peu avant 23 h, sur les hauteurs de la commune, un habitant aperçoit une fumée épaisse et une coloration rouge dans le ciel sur la rive gauche du Blavet. Dépourvu de téléphone portable et pensant que le restaurant du coin brûle, il descend rapidement avertir les secours.

C’est là qu’il découvre les flammes sortant par les ouvertures de la base nautique. Les pompiers de Pluméliau, Baud et Bieuzy, dix-sept hommes et trois fourgons au total arrivent rapidement sur les lieux. « En abordant la base on a pu constater que le bâtiment était déjà bien embrasé », explique le capitaine Yannick Jéhanno, chef de centre.

Les gendarmes de Locminé qui ont ouvert une enquête, ne connaissent pas encore l’origine de l’incendie qui a démarré à l’intérieur du bâtiment.

150 kayaks partent en fumée

Les soldats du feu se sont employés à éviter la propagation au hangar voisin que les flammes léchaient. Cent cinquante bateaux et deux véhicules de traction ont aussi brûlé. « L’incendie a été rapide car les kayaks sont en résine, l’idéal pour alimenter un feu », soulignent les pompiers.

C’est ce qui stupéfait les kayakistes. « On est choqués de les avoir vus brûler comme ça. Ils sont robustes pour la compétition et là en un rien de temps les racks sont vides », s’émeut Nolwenn Le Corre, la présidente de l’association.

Quelques heures avant l’incendie, la présidente et six jeunes sont rentrés d’une compétition, qui se déroulait à Redon, sans penser une seule seconde en tournant la clé qu’ils ne retrouveraient que des cendres.

Le club qui compte soixante licenciés est reconnu dans le monde du canoë-kayak. « Une équipe est en Nationale 1 et l’autre en N2. Les minimes sont revenus avec des médailles lors des compétitions régionales. On compte aussi des jeunes qualifiés pour les phases finales jusqu’à l’échelle européenne », rappelle la présidente. En enlevant la suie, sur les meubles qui ont échappé aux flammes, les bénévoles relevaient déjà la tête hier matin. « On n’a pas le choix, la compétition doit se poursuivre. »

Des propositions de matériel commencent également à affluer des clubs de la région. Nolwenn Le Corre qui organisait une réunion, hier soir, lance aussi un appel aux dons en direction des commerçants, associations et particuliers pour que les kayakistes, ambassadeurs de la commune sur l’eau puissent à nouveau pagayer.

« extrait de l’article du Ouest France du 9 décembre 2014 »

Article du Ouest France du 09/12/2014

P1050605Jeunes devant bâtiment incendié

P1050611

Merci à tous les donateurs, qui ont permis la poursuite de l’activité